A350 vs B787 Dreamliner : quel avion est le meilleur ?

A350 vs B787 Dreamliner : quel avion est le meilleur ?

L’A350 et le B787 Dreamliner sont les avions les plus avancés au monde, produits respectivement par Airbus (Europe) et Boeing (États-Unis). Cette dernière a été la première des deux sociétés à introduire le concept d’un nouvel avion révolutionnaire et économe en carburant. Le premier B787 a été dévoilé en 2007 lors d’une cérémonie de déploiement à l’usine Boeing près de Seattle, bien qu’il ait fallu encore 2 ans pour le vol inaugural (2009) et 4 ans de plus pour le premier vol commercial (2011, All Nippon Airways) depuis le projet prestigieux a subi une série de retards massifs. L’A350 a été conçu à l’origine en 2004 comme une version améliorée de l’A330, avec le même fuselage mais associé à de nouvelles caractéristiques aérodynamiques et de nouveaux moteurs. Cependant, en 2006, Airbus a été contraint de repenser son modèle d’avion en réponse au projet B787 de Boeing et aux critiques consécutives des compagnies aériennes selon lesquelles le nouvel avion d’Airbus n’était pas assez révolutionnaire. Après une refonte complète, le premier A350 a décollé en 2013, tandis que le premier A350 est entré en service passagers deux ans plus tard avec son client de lancement, Qatar Airways. J’ai eu la chance de voler sur les deux types d’avions, et j’ai déjà publié plusieurs récits de voyage sur ces expériences :

Bien qu’ils ne soient pas des concurrents directs – l’A350 est plus en concurrence avec le B777 que le B787 – les deux avions bimoteurs à long rayon d’action et à large fuselage sont souvent comparés l’un à l’autre car ils disposent des derniers gadgets et technologies de l’industrie aéronautique. Ils offrent tous deux une importante économie de carburant par rapport au nombre de passagers qu’ils transportent, ce qui les rend très appréciés des transporteurs : à ce jour, Boeing a commandé plus de 1 200 B787 Dreamliner auprès de 67 clients, alors qu’Airbus en avait reçu plus de 800. commandes d’A350 auprès de 46 clients dans le monde, faisant déjà de ces deux types d’avions deux des gros-porteurs les plus performants de tous les temps. Les caractéristiques les plus révolutionnaires partagées par les deux avions peuvent être résumées comme suit :

  • L’A350 et le B787 sont les premiers grands avions commerciaux à être construits à grande échelle à partir de composites légers. Airbus et Boeing utilisent des composites plastiques renforcés dans respectivement 53 % et 50 % des fuselages des A350 et B787. Le principal avantage des composites est que ces composants sont plus légers que des pièces similaires en aluminium (ce qui signifie un avion plus léger et donc moins de consommation de carburant). De plus, les polymères ou plastiques renforcés de fibres de carbone ont une résistance accrue à la corrosion et ne souffrent pas de fatigue dans la même mesure que l’aluminium, ce qui se traduit par des cellules plus durables et des coûts de maintenance réduits.
  • Les composites en fibre de carbone sont également plus résistants que l’aluminium, ce qui permet à la peau d’un B787 ou d’un A350 de tolérer un degré de pressurisation plus élevé. À haute altitude, il y a moins de pression dans l’air extérieur et donc moins d’oxygène disponible dans une respiration donnée, d’où la raison pour laquelle l’air conditionné est pompé (ou « pressurisé ») dans un avion pour simuler une altitude plus basse à l’intérieur de la cabine et créer un environnement survivable et environnement confortable au-dessus de 14 000 pieds (4 300 m). Alors que les avions conventionnels sont pressurisés à 8 000 pieds (ou 2 400 m), le Boeing 787 Dreamliner et l’Airbus A350 sont pressurisés à 6 000 pieds (ou 1 800 m). Cette différence de 2000 pieds (ou 600 m) signifie qu’il y a plus d’oxygène et d’humidité dans l’air à l’intérieur d’un B787 et d’un A350, ce qui se traduit par une augmentation notable du confort des passagers. Cette pression cabine plus élevée réduit le risque de sécheresse oculaire et cutanée, de maux de tête, de décalage horaire sévère, de problèmes respiratoires et de formation de caillots sanguins dans les veines profondes (thrombose veineuse profonde).

Je ne suis pas un expert en aviation, mais ayant volé plusieurs fois sur les deux types d’avions et me demandant souvent lequel me plaît le plus, j’ai décidé de partager avec vous mon opinion et ma préférence sur l’A350 par rapport au B787. À mon humble avis, les deux avions offrent une expérience très similaire du point de vue du passager, qui dépasse de loin celle offerte à bord des types d’avions plus anciens et plus conventionnels (à l’exception de l’A380, qui est toujours mon avion préféré), bien qu’il y ait quelques différences subtiles. Vous pouvez partager votre propre opinion dans le rubrique commentaires ou prends mon sondage dessous.

  • L’A350 a une caméra arrière alors que le B787 n’en a pas. Je fais partie de ces passagers qui aiment suivre les mouvements de l’avion sur l’écran du téléviseur lorsqu’il décolle ou atterrit, donc l’A350 est clairement le gagnant ici. De plus, je suis un voyageur nerveux, et avoir une vue frontale large via la caméra arrière au lieu de la vue latérale étroite via la fenêtre soulage mon anxiété et me fait me sentir plus détendu. Il convient de noter que la caméra de queue de l’A350 est proposée en option par Airbus à ses clients, et Singapore Airlines est à ce jour la seule compagnie aérienne à avoir décidé, de manière quelque peu incompréhensible, de ne pas en installer une.
  • Le B787 est doté des plus grandes fenêtres de l’industrie, environ 65 % plus grandes qu’une fenêtre standard d’une compagnie aérienne. Et Boeing est allé encore plus loin en fournissant le premier du genre commandes tactiles pour assombrir électroniquement les fenêtres sur le B787. Malgré cette fonctionnalité sophistiquée, qui est amusante la première fois que vous l’essayez, je ne suis pas fan des fenêtres dimmables électro-chromatiques du B787 et je préfère les stores à l’ancienne de l’A350 (bien que les fenêtres de l’A350 ne soient pas aussi grandes comme sur le B787). Le problème avec le Dreamliner est qu’il peut prendre jusqu’à 5 minutes pour assombrir ou éclairer votre fenêtre. De plus, dans certaines compagnies aériennes (telles que British Airways), le personnel de cabine a la possibilité d’assombrir électroniquement toutes les fenêtres à la fois et vous ne pouvez pas annuler cette commande à votre propre siège. De plus, les fenêtres sans obturateur restent translucides dans leur réglage le plus sombre, bien qu’elles puissent être suffisamment atténuées pour dormir et regarder des vidéos. Apparemment, je ne suis pas le seul à ne pas aimer les fenêtres assombries du B787, car certaines compagnies aériennes ont installé des stores rétractables sur les fenêtres de leur Dreamliner.
  • Le fuselage d’un A350 est environ 5 pouces ou 13 centimètres plus large que son homologue du Boeing 787 Dreamliner. Cela peut ne pas sembler être une différence majeure, mais avec neuf sièges de front en classe économique – la configuration standard actuelle dans les deux types d’avions – le demi-pouce supplémentaire ou 1,4 cm par siège dans l’A350 rend l’expérience de vol plus confortable. Cependant, cette différence pourrait bientôt tourner en faveur du Dreamliner puisqu’Air Caraïbes sera la première compagnie aérienne à installer 10 sièges par rangée dans ses avions A350, ce qui sera pire que 9 de front sur le Dreamliner et pourrait être la nouvelle tendance pour l’A350. Néanmoins, à mon humble avis, l’A350 semble très spacieux – même en classe affaires – en raison de ses parois latérales droites et de son plafond presque plat – le plafond le plus haut de tous les avions commerciaux – avec des bacs à bagages extra larges, en particulier par rapport au design visuellement relaxant mais plus exigu du B787 avec de larges arcades.
  • Le Dreamliner et l’A350 ont tous deux des cabines beaucoup plus silencieuses que les avions conventionnels. Et l’A350 est encore plus silencieux que le B787 Dreamliner, grâce en grande partie à la procédure de départ automatique à réduction de bruit (NADP), qui optimise la poussée et la trajectoire de vol pour réduire le bruit, et à sa Rolls Royce Trent XWB géante à faible émission de carbone, la plus économe en carburant et la plus propre (en termes de émissions) moteur volant aujourd’hui. En fait, la cabine de l’A350 est la plus silencieuse de tous les avions bicouloirs, avec un niveau de bruit typique de 57 décibels dans la cabine à l’altitude de croisière, à peu près égal au volume d’une conversation normale. A noter que le grand frère de l’A350, l’A380, dispose d’une cabine encore plus silencieuse, ce qui se remarque surtout lorsque l’on est assis sur le pont supérieur.
  • Lorsque vous êtes un Addict de première classe, il faut à tout prix éviter de voler en A350 car aucun de ses opérateurs (par exemple Singapore Airlines, Qatar Airways, Finnair, LATAM, Cathay Pacific et China Airlines pour n’en citer que quelques-uns) n’a installé de cabine First Class à bord de l’avion (et il ne semble pas qu’ils le feront de sitôt). En revanche, les avions B787-9 Dreamliner qui font partie de la flotte de British Airways et Etihad Airways disposent d’une cabine de première classe.
  • Si vous êtes un dépliant nerveux, vous feriez mieux d’arrêter de lire. Lors de la conception de l’avion, Boeing a décidé d’installer de puissantes batteries lithium-ion sur le B787, qui offrent une plus grande capacité pour moins de poids et, si nécessaire, plus de possibilités d’alimenter les systèmes de l’avion. Cependant, cette technologie nouvelle et plutôt immature a causé des problèmes de sécurité majeurs. En 2013, les 50 B787 Dreamliners en service ont été immobilisés pendant plusieurs mois après que des incendies se sont déclarés sur un All Nippon Airways et Japan Airlines B787 lors de deux incidents sans rapport, tous deux causés par événements d’emballement thermique des batteries lithium-ion. Le National Transportation Safety Board des États-Unis a enquêté sur les incidents et a blâmé plusieurs groupes, dont le fabricant japonais de batteries et Boeing, pour ne pas avoir détecté le problème plus tôt. Pour remettre le B787 en état de navigabilité, Boeing a repensé la batterie et le chargeur et a conçu une boîte en acier pour contenir les incendies et évacuer les gaz chauds à l’extérieur de l’avion. Cependant, à la suite d’un autre incident d’incendie de batterie à bord d’un B787 de Japan Airlines lors d’une maintenance de routine en 2014, certains experts de l’aviation craignent que les solutions mises en place par Boeing ne soient pas en mesure de couvrir l’éventail complet des modes de défaillance possibles et que Boeing ne comprendre la cause profonde de la panne de la batterie. C’est une pensée inquiète qui me vient toujours à l’esprit lorsque je dois faire voler le B787 sur une grande étendue d’eau ou une région sauvage, où aucun aéroport n’est immédiatement disponible dans le pire des cas. À la suite des incendies de batteries du Boeing 787 Dreamliner, Airbus a décidé d’abandonner les batteries lithium-ion et de passer aux batteries nickel-cadmium traditionnelles pour son avion de ligne A350.

En résumé, je préfère clairement l’A350 au B787, principalement à cause de la cabine plus silencieuse, plus large et plus haute, mais aussi à cause des stores rabattables conventionnels de l’avion et du manque de problèmes de batterie documentés.

Quel est votre avion préféré : l’A350 ou le B787 ? Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous ou participer à mon sondage.

Beli

Related Posts

Ce sont les 5 monuments les moins chers du monde à visiter

Ce sont les 5 monuments les moins chers du monde à visiter

Tulum contre.  Cancún : quelle destination est la meilleure ?

Tulum contre. Cancún : quelle destination est la meilleure ?

Pourquoi les amateurs d’adrénaline aiment Queenstown en Nouvelle-Zélande

Pourquoi les amateurs d’adrénaline aiment Queenstown en Nouvelle-Zélande

En dehors de Vegas, Encore Boston offre la meilleure retraite de casino cinq étoiles

En dehors de Vegas, Encore Boston offre la meilleure retraite de casino cinq étoiles

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.